En hiver, tu te couvres le derrière

Tu apprécies l'efficacité de la chaudière.

Sur le canapé, tu lis un bon bouquin

Calé entre de moëlleux coussins,

En caressant doucement le félin animal

Dont les poils s'envolent dans la lumière hivernale. 

Le chaud chocolat brûle tes lèvres et te réchauffe de l'intérieur,

Les spéculoos que tu y trempes t'apportent leur saveur.

Le silence paraît si dense autour de ta bulle

Que plein d'idées te viennent et se bousculent.

La phrase fuse et et tu l'écris telle une urgence. 

Ca ne sert à rien mais c'est juste une évidence,

Que tu dois vite noter avant de l'oublier en un instant,  

Tandis que le chat dérangé se carapate en s'étirant. 

 

IMG_0197

 

J'y vois trouble, j'y vois double et ça fait deux fois plus de cadeaux .