Demain j'aurai 49 ans 

Et je serai avec Maman

 

En tête à tête dans le salon 

Quelques jours dans mon abandon

 

Tellement loin je suis partie

Depuis si longtemps je l'ai fuie

 

La voici maintenant si frêle

Tordue, perdue et pourtant belle

 

Usée par la vie qui s'éteint

Les yeux lourds des anciens chagrins

 

J'aimerais qu'enfin elle décolle 

Que dans son sommeil elle s'envole 

 

Mais la vie refuse d'obéir

Et n'exauce pas de tels désirs

 

Elle partira quand son p'tit coeur

Arrêtera tout son labeur

 

Nous ne pouvons que l'assister

Et l'empêcher d'dégringoler

 

Il fait soleil et il fait chaud

J'en profite pas , c'est pas de pot !

 

La mer est là, tout à côté

Mais je n'peux pas m'en régaler

 

La vie est une facétieuse

Qui se fout de nous, la moqueuse !

 

C'est les vacances et je n'dors pas

L'insomnie me tient dans ses bras

 

Alors j'écris comme je crie

Et pour Maman je prie la vie . 

 

WP_20170422_001[1]