Pieds-nus on nait, pieds-nus on meurt

Pieds-nus on sent mieux la douleur 

Du sol rugueux de notre labeur

Pieds-nus on glisse tout en douceur

Quand tout est lisse et rien n'affleure 

 

Pieds-nus on n'a rien qui nous serre

Aucune chaussure et nulle barrière

Pieds-nus on reste sur la terre

Pieds-nus il n'y a plus de frontière

On est tous dans la même galère 

 

Pieds-nus sur le sable on a chaud

Et ça brûle même sous la peau

Quand le soleil tape dur la-haut

Pieds-nus on se sent bien plus beau

On est léger comme un oiseau

 

Pourtant bien ancré sur le sol

Pieds-nus on n'se sent pas d'traviole 

Connecté par nos deux guiboles 

A nos pays, nos métropoles 

Des humains libres, sans camisole.

WP_20170312_001[1]